Collections

8 ème ART: LIBRAIRIE/GALERIE

450.00

PHOTO de la série BIG BANGERS de DAVID DE BEYTER

Image of PHOTO de la série BIG BANGERS de DAVID DE BEYTER

un C-print réalisés par l’artiste à partir de pellicules de film 16mm
Format : 30x41cm
Papier : Chromogenic print
Tirages numérotés et signés
Edition de 10 exemplaires

Photo seule encadrée en vente à 450 euros .

cette photo fait partie de la série Big Bangers rend compte d’un projet au long cours (2014-2019) mêlant
film, photographie et extraits vidéo. Il s’appuie sur une pratique amateur dérivée
de l’auto-cross, le Big Bangers, pratique populaire de destruction de voitures
que l’on retrouve dans le Nord de la France, en Belgique et au Royaume-Uni. Le
photographe David de Beyter s’est intéressé à la beauté du geste et la philosophie
de la communauté qui réside dans la destruction de ces voitures du quotidien
par des chocs violents, compressant moteurs et carrosseries. Une esthétique de la
destruction où, dans le jargon amateur, l’épave qui résulte du choc est appelée une
« auto- sculpture ».
Big Bangers se déploie autour de trois axes de réflexion.
D’abord la transfiguration du paysage. Par la révélation du pouvoir sculptural de
cette pratique amateur de destruction en lien avec le territoire, l’artiste mène une
recherche proche du Land Art pour venir sublimer le paysage des Flandres.
Dans un deuxième temps, c’est une reflexion sur l’inertie du chaos qui interroge
les limites du geste sculptural. Inspirée par les actes performatifs réalisés par des
passionnés en périphérie de la pratique, cette recherche porte une réflexion sur
l’ambiguïté du statut d’un geste destructeur, emprunt d’une profonde violence et
pourtant totalement dénué de toute revendication politique, sociale ou morale.
Le troisième axe est celui de l’archive / document et joue sur l’ambiguïté des
registres d’image. S’ils les nomment « auto-sculpture », les amateurs de Big Bangers
n’en conservent généralement comme traces que des images. Les découpes de
fanzines originaux, les extraits de vidéos et de photos d’amateurs récupérées sur
place, sont le point de départ de cette troisième recherche, aussi bien comme sujet
que comme medium, dans l’idée de la constitution d’une d’archive.
Aprés plusieurs expositions en France, au CPIF, au Centre d’art le BBB, et Image/
Imatge à Orthez, le projet a été présenté à l’international en 2018, notamment au
Fotomuseum d’Amsterdam, au Fotomuseum de Winterthur, au kunstverein Frankfurt
et lors de la Biennale de l’image Possible à Liège en Belgique. Le projet Big Bangers
s’inscrit donc dans la durée. Imaginé à la suite du premier ouvrage, Damaged Inc.
(éditions RVB BOOKS), qui s’inspirait alors de l’esthétique des fanzines originaux créés
par les Big Bangers, le projet donnera à la publication d’un livre, Build and Destroy, et d’un vinyle en septembre 2020 publiés par RVB BOOKS.